USB à la mer

L’Oreille tendue, qui n’était pas encore l’Oreille tendue, s’est, en 2005, intéressée aux bouteilles à la mer — les authentiques, mais aussi leurs modernes incarnations : ballons, fusées, billets de banque, livres. (On peut lire cette curiosité épistolaire ici.)

Depuis, il y a eu plus fort. Aram Bartholl, un artiste allemand en résidence à New York, a lancé il y a quelques semaines le projet Dead Drops. Définition : «“Dead Drops” is an anonymous, offline, peer to peer file-sharing network in public space.» Traduction libre : vous achetez une clé USB, vous n’y mettez rien (sauf un fichier texte expliquant le projet), vous la cimentez dans un mur (un arbre, un banc), vous rendez public son emplacement — puis s’y connecte qui le souhaite (dans la langue d’origine : «Plug your laptop to the wall»). Une fois branché, on peut copier sur son propre appareil le contenu de la clé, modifier ce contenu, y ajouter un nouveau contenu.

C’est anonyme («anonymous») — mais pas obligatoirement —, ça ne passe pas par Internet («offline»), c’est un échange entre égaux («peer to peer file-sharing»), c’est un réseau («network») et c’est public («in public space»). C’est une bouteille à la mer, non ?

P.-S. — Pourquoi ce nom de Dead drop ? Réponse de Wikipedia : «A dead drop or dead letter box, is a location used to secretly pass items between two people, without requiring them to meet. This stands in contrast to the live drop, so called because two live persons meet to exchange items or information.» Dans les deux cas, il y a échange. Dans le second, on se rencontre; pas dans le premier. Malgré le nom, personne ne meurt.

 

[Complément du 4 juillet 2013]

Extension, depuis 2011, du domaine des dead drops : le widrop (Wireless dead DROP). De quoi s’agit-il ? «Un widrop est un dispositif simple qui allie un espace de stockage sans droits d’accès particuliers, avec une connectivité Wi-Fi pour y accéder de façon pratique avec un terminal mobile (smartphone ou laptop par exemple).» Il suffisait d’y penser. Explication ici. (Merci à @bibliomancienne.)

 

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “USB à la mer”

  1. magnifique

    on croirait presque une invention rudimentaire de ce qui deviendra face book

    tu crois que ça marche si on s’en fait greffer une en haut du crâne ? !

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*