De la turgescence du basketteur exposé à la madone

L’ex-basketteur Dennis Rodman a 50 ans aujourd’hui. (Merci à Jean Dion de l’avoir rappelé hier dans le Devoir, p. B6.)

S’il est connu, entre autres caractéristiques, pour son culte du tatouage, il ne faudrait pas oublier la contribution de Rodman à la langue anglaise. N’est-ce pas lui qui, dans une entrevue télévisée, a décrit sa réaction physiologique devant Madonna en utilisant les termes «I went solid» ? L’intervieweur en était resté éberlué.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “De la turgescence du basketteur exposé à la madone”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*