L’ivresse du pouvoir

Ce fut d’abord un subjonctif rétabli dans une publicité de Nissan.

Ce fut ensuite «quitter» (enfin) remplacé par «partir», à l’Université de Montréal.

C’est maintenant une énumération dont on a corrigé les temps verbaux. (C’était à cette antenne le 19 septembre : les promoteurs du projet immobilier Southam Lofts venaient de publier dans le Devoir une publicité dans laquelle une énumération était mal construite. La Presse du 24 septembre accueille la même publicité dans son cahier «Mon toit», page 4, mais corrigée.)

Ces trois corrections — avec lesquelles elle n’a peut-être rien à voir — risquent néanmoins de monter à la tête de l’Oreille.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “L’ivresse du pouvoir”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*