Tombeau d’Ella (8) : genres

Ella Fitzgerald en 1974, avec Joe Pass[Ce texte s’inscrit dans la série Tombeau d’Ella. On en trouvera la table des matières ici.]

La chose est banale.

La voix masculine des Trois Accords chante «Dans mon corps de jeune fille» (2009). Gerry Boulet, le chanteur du groupe Offenbach, n’a pas hésité à reprendre, sans en modifier les paroles, «L’hymne à l’amour» d’Édith Piaf, notamment sur le disque Tabarnac (1975). Des hommes chantent en se mettant à la place d’une femme.

Ella Fitzgerald, elle, chante du point de vue d’un homme. Cela donne «Brown-Skin Gal (In the Calico Gown)» (1965), «Wives and Lovers» (1966), «Polka Dots and Moonbeams» (1974), «Sweet Lorraine» (1979) et «I Want A Little Girl» (1986). Son biographe, Geoffrey Mark Fidelman, parle alors de «gender bender» (p. 244). Il s’agit toujours de chansons d’amour, de séduction, de possession, de mariage.

On est moins ridicule quand on respecte le texte que quand on met, par exemple, au féminin une chanson qui décrit manifestement les gestes d’un homme. Marie-Chantal Toupin s’y est essayée, en 2005, dans «J’irai au sommet pour toi». La détermination du hockeyeur Maurice Richard devient cocasse dans sa bouche : «Je n’ai pas peur / Des blessures / Ni injures lancées à ma figure / Je suis / Grande et fière / Et le resterai / Ma vie entière.»

Les Trois Accords, Gerry Boulet et Ella Fitzgerald avaient raison de ne pas changer de genre.

 

[Complément du 12 mars 2013]

Sur Twitter, @ChroniquesTrad fait remarquer à l’Oreille tendue qu’en musique traditionnelle la chanson de femme interprétée par des hommes est pratique courante et elle lui propose même un exemple. Merci.

 

Référence

Fidelman, Geoffrey Mark, First Lady of Song. Ella Fitzgerald. For the Record, New York, A Citadel Press Book, Carol Publishing Group, 1996 (1994), xx/379 p. Ill.

[Les dates entre parenthèses devraient être celles des enregistrements. Elles ne sont pas toujours fiables.]

Illustration : Ella Fitzgerald avec Joe Pass, 1974, photo déposée sur Wikimedia Commons, <https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ella_Fitzgerald_1940.jpg?uselang=fr>.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*