Rajeunir (en quelque sorte) à Québec

Québec, 12 avril 2013

Peut-être est-ce dû à son grand âge : l’Oreille tendue prend de moins en moins d’intérêt aux colloques universitaires, elle qui les a beaucoup fréquentés à une époque.

Elle s’est amusée, il y a quelques années, à croquer des «Scènes de la vie de colloque» (PDF). Elle ne cherche plus aujourd’hui à se donner l’occasion d’en ajouter de nouvelles.

Cela ne revient pas à dire qu’elle a cessé de discuter avec ses collègues. Ce qui a changé, ce sont les formes de cette discussion. L’Oreille utilise beaucoup le numérique à cette fin. Elle vient aussi de découvrir une nouvelle forme d’échange scientifique.

Le 12 avril, elle avait été invitée — merci René Audet et Milad Doueihi — à intervenir dans le cadre de «Transmettre ou expérimenter ? Journée d’atelier sur l’enseignement de la culture numérique». (Renseignements ici.)

Dès le titre, il était clair qu’il ne s’agissait pas d’un colloque. Le programme était volontairement imprécis : il y aurait deux «tables rondes», des «discussions en sous-groupes» et des «plénières», sur (au moins) «deux sujets possibles». La constitution des «sous-groupes» devait changer au fil de la journée, histoire que les participants, venus de disciplines diverses, se mêlent les uns aux autres. Le matériel nécessaire ? Un écran, un calepin de notes collaboratif en ligne (voir ici), des nappes en papier et des crayons feutres (voir la photo ci-dessus), des post-its (qui n’ont pas servi), Twitter (les tweets échangés ce jour-là ont été rassemblés depuis dans un fichier Word), des rallonges (il y avait beaucoup d’ordinateurs et de tablettes à alimenter).

L’objectif des organisateurs était simple : la «mise en commun d’idées, d’expériences et de références». En ce qui concerne l’Oreille, cet objectif a été parfaitement atteint.

Comment désigner cela ? On parle, en français, de BarCamp ou de non-conférence; en anglais, d’unconference ou de THATCampThe Humanities And Technology Camp»).

Peu importe le terme retenu : la formule marche.

P.-S. — Samuel Goyet, dans son compte rendu de la journée, partage la satisfaction de l’Oreille

 

[Complément du 4 mai 2015]

Pourquoi se désintéresser des formes traditionnelles du colloque en sciences humaines ? Christy Wampole résume parfaitement ce que pense l’Oreille dans «The Conference Manifesto».

 

Référence

Melançon, Benoît, «Scènes de la vie de colloque (extraits)», le Pied (journal de l’Association des étudiants du Département des littérature de langue française de l’Université de Montréal), 4, 29 février 2008, p. 12-13.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

5 thoughts on “Rajeunir (en quelque sorte) à Québec”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*