Mort d’un mythe

Devant la statue de Maurice Richard, mai 2000

Le 27 mai 2000, l’ancien joueur de hockey Maurice Richard meurt.

Aussitôt connue la mort, les partisans endeuillés se cherchent des points de ralliement. Le Forum de Forum, où Richard a joué tous les matchs de sa carrière avec les Canadiens de Montréal (1942-1960), est en cours de transformation en Centre Pepsi; ça ne fait pas l’affaire pour ces pleureurs de la première heure, pas plus que le Centre Molson, le nouveau domicile de l’équipe, jugé trop impersonnel. Quelques-uns fileront à l’Hôtel-Dieu, où Richard est mort, mais le lieu est trop peu associé au joueur pour pouvoir convenir. On est en quête d’un lieu symbolique susceptible de regrouper le plus grand nombre. Autrement dit : où se recueillir ?

Ce sera devant la maison de Richard, rue Péloquin, dans le nord de Montréal. On y déposera des souvenirs, des fleurs et des messages d’adieu. Les enfants sont nombreux à venir:

Ça fait déjà plus de 9 ans qu’on habite près de chez vous, nous vous avons toujours admiré. Malheureusement, votre départ nous laissera un grand vide dans notre cœur québécois.

C’est un proche, parfois un voisin, que l’on pleure.

Mais tout le monde ne sait pas où habitait Maurice Richard. On se réunira alors à l’aréna qui porte son nom et devant la statue qu’on y trouve. Des gens de toutes générations iront y offrir un tribut à leur héros. On revêtira le joueur de bronze du drapeau fleurdelisé du Québec et d’une écharpe aux couleurs des Canadiens. On laissera à ses pieds des fleurs, des dessins, des photos, des collages et des objets bigarrés (rondelle de ruban adhésif, chandelle, cigare, bâton de hockey). On lui confiera des masses de messages:

Il y a un être cher
de moins sur la terre
Mais… il y a une
étoile de plus au ciel.
Maurice CH #9.

Dans ces messages, l’emploi du prénom et le tutoiement sont monnaie courante : «À Dieu mon grand. On t’aime»; «Maurice. On dit pas adieu à un homme comme toi. On dit salut !!!»; «Ton souvenir est comme un livre bien aimé, qu’on lit sans cesse et qui jamais n’est fermé. Merci Maurice 9»; «Tes bras meurtris ont porté le flambeau. Maintenant, ils peuvent se reposer»; «Au Rocket, sois heureux et veille sur moi.» Les passants échangeront leurs souvenirs du Rocket, entre eux ou pour les journalistes. On viendra même prier.

(À suivre.)

P.-S. — Ce qui précède vient de l’ouvrage que l’Oreille tendue a fait paraître pour la première fois en 2006, les Yeux de Maurice Richard.

P.-P.-S. — Les citations sont tirées de la revue des Canadiens.

Références

Les Canadiens, vol. 15, no 7, 1999-2000.

Melançon, Benoît, les Yeux de Maurice Richard. Une histoire culturelle, Montréal, Fides, 2006, 279 p. 18 illustrations en couleurs; 24 illustrations en noir et blanc. Nouvelle édition, revue et augmentée : Montréal, Fides, 2008, 312 p. 18 illustrations en couleurs; 24 illustrations en noir et blanc. Préface d’Antoine Del Busso. Traduction : The Rocket. A Cultural History of Maurice Richard, Vancouver, Toronto et Berkeley, Greystone Books, D&M Publishers Inc., 2009, 304 p. 26 illustrations en couleurs; 27 illustrations en noir et blanc. Traduction de Fred A. Reed. Préface de Roy MacGregor. Postface de Jean Béliveau. Édition de poche : Montréal, Fides, coll. «Biblio-Fides», 2012, 312 p. 42 illustrations en noir et blanc. Préface de Guylaine Girard.

Les Yeux de Maurice Richard, édition de 2012, couverture

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “Mort d’un mythe”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*