Trop, c’est comme pas assez

Il y a ces mots qu’on économise,  dont l’Oreille a eu l’occasion de parler.

Il y a aussi ces mots de trop, qu’on devrait, eux, économiser. Exemples.

Dans 87,6 % des cas — statistiques provisoires —, faire que suffirait, là où l’on met faire en sorte que.

Quelque part, malgré les apparences médiatiques, n’a besoin ni de à (à quelque part) ni de en (en quelque part).

Un lecteur de l’Oreille tendue lui signale une tendance à l’abandon de l’élision devant les noms et prénoms de personnes commençant par une voyelle : le livre de André remplacerait fréquemment, sans raison, le livre d’André.

Dans la plupart des cas, attester est un verbe transitif et il se passe donc de de.

On parle d’un bouchon de quarante-cinq minutes ? Ce n’est ni plus ennuyeux, ni moins, qu’un bouchon de quarante-cinq minutes.

En toutes choses, le juste milieu, pourtant, ce n’est pas plus mal.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

9 thoughts on “Trop, c’est comme pas assez”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*