Trop, c’est comme pas assez, bis

L’Oreille tendue a déjà eu l’occasion de parler apocope lexicale (diff pour difficile, confo pour confortable) et apocope syntaxique (C’est moi, l’équipe-école). Dans un cas comme dans l’autre, c’est simple : on coupe.

La situation inverse existe aussi : on ajoute, inutilement. Cela donne à quelque part et en quelque part, et de d’autres.

Ce n’est pas mieux.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

8 thoughts on “Trop, c’est comme pas assez, bis”

  1. un des usages qui me surprend le plus (et plus à Qc qu’à MTRL ?) c’est le redoublement du « tu » : « tes-tu venu ? » (alors que le « à quelque part » ou « en quelque part » bien enraciné en Poitou et Normandie, parallèle résistant qui souvent m’enchante…

    1. Vous avez-tu dit «redoublement du tu» ?
      À mon avis, ce «tu» n’a rien à voir avec le pronom tu. Démonstration :
      «Voilà-t-il pas que…» devient
      «V’là-ti pas que…», qui devient
      «V’là-tu pas que…», par mimétisme entre le «tu» et le «ti».
      Autre exemple : «Est-il venu ?» devient «Y est-tu venu ?», autrement dit, «Il est-il venu ?».
      On sait d’ailleurs que ce «tu», presque toujours interrogatif, est effectivement employé au Québec à toutes les personnes du singulier et du pluriel. Exemples :
      1re pers. du singulier : J’peux-tu y aller ?
      2e pers. du singulier : le fameux Tu m’aimes-tu ? de Desjardins
      3e pers. du singulier : Y voit-tu clair ?
      1re pers. du pluriel : Nous allons-tu y arriver ? (ou plus rarement Allons-nous-tu…)
      2e pers. du pluriel : Vous pouvez-tu m’aider ? (ou plus rarement Pouvez-vous-tu…)
      3e pers. du pluriel : Y sont-tu fins !
      Il y a longtemps, Yvon Deschamps, dans un de ses monologues où il était question de la difficulté de choisir entre le tutoiement et le vouvoiement, avait utilisé ce «tu» interrogatif pour permettre à son personnage de se tirer d’affaire avec une drôle de phrase du genre «Avez-vous-tu…».
      P.S. : le mot «redoublement» utilisé plus haut est lui-même curieux : un doublement implique l’existence d’une paire, et donc le redoublement devrait, en toute logique, décrire 2 paires, soit 4 entités, ce qui n’est pas le cas dans son sens usuel. Serait-ce une répétition, disons, pléonastique (ou un pléonasme répétitif, qui sait ?) qui refuse de s’avouer telle ?
      Michel Renaud
      Québec

  2. Sans parler (mais j’en parle quand même, prétérition oblige) en France, d' »au jour d’aujourd’hui » et la préposition « de » qu’on ajoute en Provence à des verbes transitifs directs, mais là il ne me vient pas d’exemple… En revanche, j’aime bien l’expression « de longue », mais c’est un autre sujet…

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*