Autoportrait de l’Oreille tendue en jeune auteur de fiction

Cela étonnera, mais c’est vrai : l’Oreille tendue a déjà été jeune et elle a été tentée par l’écriture de fiction.

Ses œuvres complètes tiennent en deux textes, parus dans la rubrique «Anthologie internationale [!]. Contes brefs» de la revue Requiem.

Le premier a paru dans le numéro 15 (vol. 3, no 3) d’avril-mai 1977, sous le titre «Évolution» :

Si l’homme descend du singe, nous sommes tous des mutants (p. 10).

Le second, dans le numéro 19 (vol. 4, no 1) de janvier 1978, sous le titre «Bye bye» :

Je pensais avoir tout vu, mais je m’étais trompé. Je n’aurais jamais imaginé ce qui se passe actuellement : il a décidé de ne pas revenir.

Croyez-le ou non, il veut rester là-bas. Des années de formation et d’entraînement, des milliers d’heures de travail, des millions de dollars. On a mis le paquet sur lui. Et il décide de ne pas revenir.

Sélections. Analyses. Critères. «Voilà l’homme qu’il vous faut», qu’ils avaient dit. En effet, il avait un pedigree intéressant : pilote d’essai, père de famille, patriote. On se décide : c’est lui qui fera le grand saut. On l’envoie en exploration. Il est le premier.

Ce foutu con aime bien l’atmosphère, il décide de rester sur place. Non mais, pensez-y ! Armstrong est sur la Lune et il ne veut plus redescendre ! (p. 14)

Neil Armstrong est mort une deuxième fois hier.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*