Cinq notes pour la Fête nationale

I.

Lire les premières lignes d’un texte de Lise Payette dans le Devoir du 21 juin :

Nous sommes un peuple de patience et d’endurance. Nous l’avons prouvé pendant 400 ans ou presque. Nous avons été tondus si souvent que nous avions presque fini par trouver notre sort normal et nous avons pensé que c’était notre destin.

Ne pas s’y reconnaître. Arrêter de lire.

II.

Apercevoir le titre «Des Mosaïcultures grandioses avec des plantes d’ici» (le Devoir, 22-23 juin 2013, p. D6). L’ajouter à sa collection de d’ici.

III.

Chercher un cou bleu autour de soi et ne pas en trouver.

IV.

Se dire que les mots de la Saint-Jean(-Baptiste), donc de la fête nationale du Québec, dont l’Oreille tendue a parlé l’an dernier à la radio de Radio-Canada sont toujours parfaitement d’actualité, bien que le gouvernement ait changé.

V.

Retrouver une citation de circonstance.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Cinq notes pour la Fête nationale”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*