Fortune du Rocket

[Tu causes, tu causes, puis arrive le jour où tu publies le 2500e billet de ton blogue. Ce jour, c’est aujourd’hui.]

Il y a deux lustres, l’Oreille tendue faisait paraître un ouvrage sur le plus célèbre joueur (Maurice Richard, 1921-2000) de la plus célèbre équipe de hockey (les Canadiens de Montréal). Une question traversait l’ouvrage : comment expliquer la pérennité de ce mythe ?

La question reste d’actualité si l’on en croit un article paru aujourd’hui dans le quotidien québecquois le Soleil. Sous le titre «René Lévesque, icône du Québec», la journaliste Patricia Cloutier présente les travaux d’une équipe de chercheurs de l’Université Laval et du Musée de la civilisation de Québec en interviewant deux de ses membres, Jocelyn Létourneau et Johanne Daigle.

Soixante photos ont été soumises à 427 personnes, à qui on posait la question suivante : «Parmi les 60 images proposées, choisissez les 10 images que vous considérez comme les plus représentatives du Québec et de son histoire, et les 5 images que vous considérez comme les moins représentatives du Québec et de son histoire.» La troisième image la plus souvent choisie, dans la première catégorie, est celle de Richard (par 45 % des répondants), derrière le portrait de René Lévesque (55 %) et une photo illustrant le référendum sur la souveraineté-association de 1980 (47 %).

Richard serait «associé à l’identité “canadienne-française rebelle”. Choisi autant par les anglophones que par les francophones, il véhicule le mythe du héros et touche à notre sport national, décrit comme la “religion moderne” des Québécois par un répondant.»

Le Rocket ne risque pas de disparaître du panthéon québécois à court ou à moyen terme.

P.-S. — Les résultats détaillés de l’enquête ont été publiés dans la revue Histoire sociale.

Références

Létourneau, Jocelyn, Claire Cousson, Lucie Daignault et Johanne Daigle, «Le mur des représentations : images emblématiques et inconfortables du passé québécois», Histoire sociale / Social History, 48, 97, novembre 2015, p. 497-548. URL : <https://muse.jhu.edu/login?auth=0&type=summary&url=/journals/histoire_sociale_social_history/v048/48.97.letourneau.pdf>.

Melançon, Benoît, les Yeux de Maurice Richard. Une histoire culturelle, Montréal, Fides, 2006, 279 p. 18 illustrations en couleurs; 24 illustrations en noir et blanc. Nouvelle édition, revue et augmentée : Montréal, Fides, 2008, 312 p. 18 illustrations en couleurs; 24 illustrations en noir et blanc. Préface d’Antoine Del Busso. Traduction : The Rocket. A Cultural History of Maurice Richard, Vancouver, Toronto et Berkeley, Greystone Books, D&M Publishers Inc., 2009, 304 p. 26 illustrations en couleurs; 27 illustrations en noir et blanc. Traduction de Fred A. Reed. Préface de Roy MacGregor. Postface de Jean Béliveau. Édition de poche : Montréal, Fides, coll. «Biblio-Fides», 2012, 312 p. 42 illustrations en noir et blanc. Préface de Guylaine Girard.

Les Yeux de Maurice Richard, édition de 2012, couverture

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Fortune du Rocket”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*