Rousseau et le tourisme, bis

Promenade à Ermenonville et à ses environs, 1954, couverture

Le 24 octobre 1776, revenant d’herboriser, Jean-Jacques Rousseau, alors âgé de 64 ans, est renversé par un grand chien danois (sans majuscule). Il raconte la scène dans la «Deuxième promenade» de ses Rêveries du promeneur solitaire (1782, posthume) :

J’étois sur les six heures à la descente de Menil-montant presque vis-à-vis du galant jardinier, quand des personnes qui marchoient devant moi s’étant tout à coup brusquement écartées je vis fondre sur moi un gros chien danois qui s’élançant à toutes jambes devant un carrosse n’eut pas même le tems de retenir sa course ou de se détourner quand il m’apperçut. Je jugeai que le seul moyen que j’avois d’éviter d’être jetté par terre étoit de faire un grand saut si juste que le chien passât sous moi tandis que je serois en l’air. Cette idée plus prompte que l’éclair et que je n’eus le tems ni de raisonner ni d’executer fut la derniére avant mon accident. Je ne sentis ni le coup, ni la chute, ni rien de ce qui s’ensuivit jusqu’au moment où je revins à moi (éd. de 1996, p. 1004-1005).

Outre Rousseau, au XVIIIe et au XIXe siècle, une quarantaine de personnes ont évoqué, avec plus ou moins de réalisme ou de fidélité, cet événement traumatique.

Parmi elles, il y a la marquise de Créquy, qui fait allusion à la scène dans ses Souvenirs. On la cite dans une brochure du Touring club de France dont la deuxième édition date de 1954 :

Après avoir dit tout le chagrin que lui causait la mort inattendue de Rousseau : «Je ne pouvais, dit-elle, m’empêcher de larmoyer sous mon coqueluchon» elle termine irrévérencieusement par ces mots où pointe son dépit : «Il est inhumé comme un chien danois, au milieu d’une grenouillère, et sur un îlot, dans une manière de sépulcre, à la hauteur de trois ou quatre pieds» (p. 23).

L’Oreille tendue vous l’a déjà dit : elle serait bien en mal de vous expliquer ce que fait cette brochure dans sa bibliothèque.

Références

Promenade à Ermenonville et à ses environs, Paris, Touring Club de France, 1954 (2e édition), 31 p. Ill.

Rousseau, Jean-Jacques, les Rêveries du promeneur solitaire, dans Œuvres complètes. I. Les Confessions. Autres textes autobiographiques, Paris, Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 11, 1996 (1959), cxviii/1969 p., p. 993-1099. Édition publiée sous la direction de Bernard Gagnebin et Marcel Raymond.

Souvenirs de la marquise de Créquy, Paris, Fournier jeune, 1834-1835, sept tomes.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *