L’oreille tendue de… Edouardo Mendoza

Edouardo Mendoza, Bataille de chats. Madrid 1936, 2012, couverture

«Au moins, dites-moi une chose, mon père. N’est-il pas vrai que l’amour peut racheter un acte condamnable ? — L’amour divin, peut-être; mais pas l’amour humain. Derrière le rideau, l’Anglais tendit l’oreille en entendant le sujet de la confession.»

Edouardo Mendoza, Bataille de chats. Madrid 1936, Paris, Seuil, 2012, 396 p. Traduction de François Maspero. Édition numérique.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*