Aveu matinal, avec paronomase (détails)

L’Oreille tendue n’a pas toujours été l’élève qu’elle aurait dû être. De tel cours de littérature suivi au cégep, elle ne garde presque aucun souvenir (intellectuel), sauf celui de l’insistance du professeur à mettre en lumière une paronomase de Jacques Ferron : folie / fiole. (Ça se trouve dans «Retour à Val D’Or».)

Ce souvenir refait surface à la lecture du plus récent roman de Marie-Pascale Huglo, la Respiration du monde : «Rosie, elle, saurait devenir sorcière. Elle saurait mettre de l’ordre dans la remise et de la folie dans les fioles, corser l’eau-de-vie, rechercher les plantes rares, seulement voudrait-elle cueillir et planter au rythme des saisons, laisser s’épanouir les ferments, épouser le cycle des métamorphoses ?» (p. 85).

Même trente-cinq ans plus tard, devenue professeure à son tour, une élève peut faire revivre quelque chose d’un cours suivi distraitement.

P.-S. — Passant du roman de Marie-Pascale Huglo au «e-carnet» de Catherine Mavrikakis, l’Éternité en accéléré, l’Oreille tombe sur ceci :

C’est pourquoi, dans mes cours, j’ai des sentiments ambigus, qui vont du courroux à la bienveillance amusée, lorsque les étudiants se lèvent, sortent, arrivent en retard, partent plus tôt. Je ne me permettrais jamais de faire cela, parce que l’on m’a appris la politesse, mais je ne soupçonne pas ceux et celles qui ne tiennent pas en place ou qui regardent leurs courriels en faisant semblant de prendre des notes de ne pas m’écouter. Je préfère penser que, pour certains, la compréhension demande une «écoute flottante», une écoute qui n’est pas fidèle, qui se disperse pour mieux revenir à son objet toujours fuyant, impossible (p. 42-43).

Cela va dans le même sens que ce que l’Oreille raconte, ou du moins elle veut le croire, et la rassure.

Références

Ferron, Jacques, «Retour à Val D’Or», dans Contes du pays incertain, Montréal, Éditions d’Orphée, 1962. Repris dans Contes. Édition intégrale. Contes anglais. Contes du pays incertain. Contes inédits, Montréal, HMH, coll. «L’arbre», 1976 (1968), p. 11-12.

Huglo, Marie-Pascale, la Respiration du monde, Montréal, Leméac, 2010, 165 p.

Mavrikakis, Catherine, l’Éternité en accéléré. E-carnet, Montréal, Héliotrope, «Série K», 2010, 278 p.

Charabia dominical (ou, Exemple à ne pas suivre, ter)

«[On] voit bien qu’entre le poids démolinguistique objectif, les représentations de la complexité d’un système et les caractères d’une dénomination, ce qui compte, ce sont les locuteurs, c’est-à-dire la diffusion sur sol (monde des territoires) et hors sol (cybermonde). Si le discours est un acteur du Monde et si on peut en littérature inventer le monde en racontant une journée de la terre, sur tous les continents, et faire parler des centaines de personnages en des centaines de lieux, l’acte de nommer est à la fois éphémère, chargé de mémoire et parfois inflationniste. Il en va ainsi de la circulation extrême de termes qui “affaissent” la notion, comme ceux qui tendent à remplacer l’objet qu’ils sont censés représenter.»

Le Français à l’université, 15, 3, troisième trimestre 2010, p. 1.

P.-S. — L’Oreille tendue attend toujours avec impatience la plus récente livraison de cette publication. Elle l’a déjà montré ici ou .