Interrogation existentielle du jour

Page des Studies on Voltaire and the Eighteenth Century

Il y a plus de six lustres, l’Oreille tendue décidait de devenir dix-huitiémiste. Pourquoi ? Entre autres raisons, pour la couleur, la texture et l’odeur du papier des premières livraisons des Studies on Voltaire and the Eighteenth Century. Ouvrant un volume de la collection aujourd’hui, elle a retrouvé intactes cette couleur, cette texture et cette odeur. Sa madeleine.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Une pensée sur “Interrogation existentielle du jour”

  1. La vue, le toucher, l’odorat : toute petite déjà, l’Oreille était sensualiste. (Notez que pour l’être complètement, il faudrait aussi faire bruire les pages et les goûter.)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*