Risque d’imbibition scolaire ?

La ministre de l’Éducation du Québec, Michelle Courchesne, vient de proposer un nouveau calendrier scolaire.

La proposition est mal reçue de la Fédération des commissions scolaires du Québec. Sa présidente, Josée Bouchard, déclare que ce calendrier érigerait «en système quelque chose d’exceptionnel» et lancerait «le message que oui, le bar est ouvert» (le Devoir, 12 février 2010, p. A2).

Attention : l’expression bar ouvert, au Québec, ne désigne pas (toujours) la gratuité des troquets. Elle renvoie plutôt à une générosité indue, souvent d’origine gouvernementale. C’est une des formes du buffet à volonté. Il n’y a donc pas lieu de craindre la beuverie généralisée dans les écoles du Québec.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*