Divergences transatlantiques 006

Au Québec, le suçon peut aller dans la bouche; avec les lèvres, on peut faire une sucette.

Renversement en France : on lèche une sucette; on imprime un suçon sur la peau.

La langue ne se goûte pas partout de la même façon.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “Divergences transatlantiques 006”

  1. Une 007ième divergence transatlantique, à laquelle ma tête de linotte m’a souvent causé d’être confrontée:
    Au Québec, si on est chanceux, on peut récupérer ses effets égarés aux « objets perdus ». En France, on les cherche aux « objets trouvés ». Une fois n’est pas coutume: les Français ont, sur cette question, le verre à moitié plein.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*