Ordinaire, bis

L’Oreille tendue le signalait en juin dernier : au Québec, ordinaire, voire assez ordinaire, est un de ces euphémismes qui ont si fort le vent en poupe.

Autre occurrence aujourd’hui dans le Devoir :

Pauline Marois a manqué de «compassion», dimanche, estiment Jean Charest et le ministre libéral en convalescence Claude Béchard. Ils ont trouvé déplacé que la chef du PQ mentionne la maladie de M. Béchard parmi les facteurs qui permettraient à l’opposition de renverser le gouvernement. «J’ai trouvé ça assez ordinaire», a commenté M. Béchard, après une visite au caucus de son parti, hier midi» (p. A3).

Il faut le répéter : pas très — «assez».

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*