Oxymores citadins, la suite

Dans le même ordre d’idées que le billet d’hier, ceci, du site de l’Office francoquébécois pour la jeunesse (mais c’est aussi placardé en ville) :

Le Festival Montréal Electronic Groove (MEG), présente sa 12ème édition du 29 juillet au 1er août 2010. Il s’impose depuis plus de 10 ans comme un espace d’expression incontournable pour les talents de la scène musicale électronique, confirmant ainsi sa vocation de défricheur de musiques urbaines et faire de Montréal une plaque tournante des découvertes musicales les plus en vogue.

Défricher en ville : voilà un défi. Déchiffrer ce message : en voici un autre. (Une virgule en trop; 12ème pour 12e; une grosse faute de syntaxe.)

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Oxymores citadins, la suite”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*