Banlieue linguistique

Un lecteur de la Presse (21 juillet 2010, p. A15) en a contre une nouvelle publicité pour la sécurité routière à Repentigny, en banlieue de Montréal. (Du temps où l’Oreille tendue y grandissait, il n’y avait pas de telles publicités. Il est vrai que des vaches paissaient près de chez elle.) Celle-ci :

René Saint-Pierre, de Laval (autre banlieue montréalaise), s’en prend à ce «bel exemple de pollution visuelle» et il déplore l’utilisation du verbe slaquer.

Les autorités municipales avaient prévu le coup. On peut lire sur le site ralentircheznous.com cette fine remarque linguistique : «Pour ceux et celles qui se questionneraient sur la validité du verbe slaquer, ils peuvent être rassurés, car cet emprunt nuancé de la langue anglaise est aujourd’hui reconnu comme un verbe bien de chez nous.» Traduction proposée (malgré tout) de ce «langage imagé» : «Relâcher l’accélérateur.»

Tout cela appelle une brève explication de texte.

«Rassurés» ? L’Oreille ne l’est pas.

«Emprunt nuancé» ? Où ça, la nuance ? C’est un emprunt, point à la ligne.

«Reconnu» ? Par qui ? L’Oreille aimerait beaucoup le savoir. Il existe peut-être un dictionnaire du bon usage repentignois.

«Bien de chez nous» ? Quel est-il ce «chez nous» ? Y aurait-il un microclimat linguistique dans la couronne nord de Montréal ? Le président de la Commission de la sécurité publique et de la circulation de la Ville de Repentigny, Raymond Hénault, paraît le croire : «c’est une expression couramment utilisée et comprise par tous».

«Slaque», pas «slaquez» ? Voilà une administration proche de ses contribuables : elle les tutoie. (D’autres slogans sont à venir : Roule la pédale douce et Perds pas les pédales.)

«La pédale» : on voit d’ici s’épanouir le sourire du graffiteur s’apprêtant à déposer sa virgule sur une des affiches.

«Slaque la pédale» ? L’Oreille est sceptique. Un mécanicien pourrait, on l’imagine, slaquer une pédale; il suffirait qu’il s’assure qu’elle soit plus facile à relâcher. Mais, s’agissant de ralentir, la formulation retenue par les fortes autorités linguistiques repentignoises étonne : Slaque su’a pédale aurait mieux fait l’affaire, du moins aux oreilles de l’Oreille.

Il est vrai qu’elle a quitté la banlieue depuis longtemps.

 

[Complément du 22 juillet 2010]

La visibilité de ces affiches, selon des taupes repentignoises, est maximale. Leur efficacité l’est peut-être moins : «Un chauffard entêté arrêté à Repentigny», lit-on dans la Presse de ce matin (22 juillet 2010, p. A10). Il ne slaquait manifestement pas la pédale : il roulait à 200 km/h.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

4 thoughts on “Banlieue linguistique”

  1. L’auteur de cette remarque (M. St-Pierre) ne s’aperçoit-il pas que l’objectif de cette campagne est atteint; en faire parler… En faite, il devient un des agents de promotion s’en même s’en rendre compte.
    Et je peux vous assurer que cette campagne qui vise les plus jeunes vise dans le mille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*