Le triomphe des études littéraires

L’entraîneur des Canadiens de Montréal, Jacques Martin, n’était pas content après une défaite de son équipe contre les Flyers de Philadelphie.

Ce qu’il a fait ? «Il a convié le Canadien à une réunion d’équipe à 10 h 30, suivie d’une courte séance de patinage sans rondelle, puis d’un entraînement intensif» (la Presse, 24 novembre 2010, cahier Sports, p. 2).

Commentaire du journaliste qui rapporte les faits ? «Le sous-texte était clair.»

Voilà que le vocabulaire de la critique littéraire («sous-texte») se retrouve sous la plume des journalistes sportifs. Victoire ! crie-t-on dans les départements universitaires de lettres.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*