Mea culpa

Il y a dix jours, l’Oreille tendue s’est mise à parler, histoire de signaler un trait de la prononciation de certaines chroniqueuses culturelles de la radio de Radio-Canada, soit un double accent d’intensité : sur quelques adverves, plus précisément sur la première syllabe de ces adverbes. Exemple : «Ce spectacle est TELLEMENT poche

Malheureusement, elle se trompait, et doublement.

D’une part, il n’y a pas que les chroniqueuses culturelles à être affectées. C’est également le cas, au moins, des chroniqueuses économiques.

D’autre part, l’accent peut porter aussi bien sur un nom ou sur un adjectif que sur un adverbe. Exemples, tirés de deux chroniques économiques radiophoniques récentes : «On parle de CINQUANTE millions de dollars»; «Google est assis sur des MONTAGNES de liquidités.»

Le mal est profond.

P.-S. — On peut (ré)entendre la voix de l’Oreille ici.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Mea culpa”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*