Protégeons nos chères têtes blondes

C’était le 12 juin 2010. L’Oreille tendue s’inquiétait du fait que l’on puisse acheter des enfants dans une grande chaîne de librairies canadienne.

Une publicité tombée dans sa boîte aux lettres cette semaine ne l’inquiète pas moins.

Que l’on veuille se débarrasser de ses verrues, de ses ongles incarnés, de ses oignons et orteil marteau, de ses cors et callosités, et du champignon des ongles, cela peut se comprendre. Mais soumettre ses enfants au même traitement ? Il y a des gens qui n’ont pas de cœur — et aucun sens de l’énumération.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “Protégeons nos chères têtes blondes”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*