Toponymie sportive

Première page de la Presse d’hier : «Exclusif. Remplacement de Champlain. Un pont Maurice-Richard ?». Au-dessus de ces mots, un montage : une photo du joueur, souriant, avec son maillot de capitaine des Canadiens de Montréal — c’est du hockey —, devant une partie de la structure du pont Champlain.

Sous le titre «Un pont Maurice-Richard ? Le futur pont Champlain pourrait porter le nom du Rocket», à côté d’une autre photo du joueur, mais en pleine action, une explication (p. A4). Le pont qui lie actuellement Montréal et la Rive-Sud, le pont Champlain, doit être remplacé par un nouveau. Et il pourrait changer de nom.

Le ministre des Transports, Denis Lebel, a indiqué que le nom de l’ancien joueur de hockey du Canadien de Montréal se démarque nettement de toutes les autres suggestions soumises par les Québécois intéressés par le nom de l’ouvrage qui doit remplacer le pont Champlain d’ici 10 ans au plus tard.

Le ministre a indiqué que le gouvernement choisira le nom après avoir consulté les citoyens, au moment opportun.

L’Oreille tendue ayant beaucoup écrit sur Maurice «Rocket» Richard, cette possibilité toponymique l’intéresse. Ci-dessous, quelques réflexions préliminaires.

Une constatation, d’abord : le pont va donc changer de nom ? Cela avait échappé à l’Oreille. On devrait pourtant savoir, au Québec, qu’il peut parfois être délicat de faire disparaître un nom venu du passé. On en a fait l’expérience dans la ville de Québec, en 2009, puis en 2012, quand on a voulu rebaptiser l’autoroute Henri-IV en route de la Bravoure. Des professeurs du Département d’histoire de l’Université Laval, Michel De Waele et Martin Pâquet, se sont prononcés contre cette proposition dans les pages du Devoir le 20 janvier 2012, en rappelant l’importance du roi Henri IV dans la colonisation de la Nouvelle-France. Il n’est pas toujours indiqué de faire table rase du passé. (En mai 2012, la Commission de toponymie a tranché : «C’est le prolongement de l’autoroute Henri-IV, qui va de l’avenue Industrielle jusqu’à Shannon, qui portera désormais ce nom» de route de la Bravoure. Cela s’appelle couper la poire en deux.)

Un rappel, ensuite : ce n’est pas le premier projet d’envergure qui concerne la patrimonialisation du Rocket. Au moment de sa mort, certains auraient voulu baptiser l’aéroport international de Dorval de son nom; on a choisi plutôt celui d’un ancien premier ministre du Canada, Pierre Elliott Trudeau. Pour d’autres, le Centre Molson, le mont Royal, les rues Sainte-Catherine, Atwater ou Sherbrooke, ou le pont Viau auraient fait l’affaire. Après les autoroutes politiques (Jean-Lesage) et musicales (Félix-Leclerc), on a pensé faire de l’autoroute 50, celle qui mène les Montréalais à Gatineau, puis à Ottawa, l’autoroute Maurice-Richard. Quelqu’un a suggéré de remplacer la fête de Dollard, instituée en l’honneur de Dollard des Ormeaux, ce pseudo-héros du XVIIe siècle, par la fête de Maurice Richard.

Une mise au point : si ces projets n’ont pas abouti, la mémoire de Maurice Richard est néanmoins diversement honorée au Québec. Il a droit à son aréna, dans l’Est de Montréal, qui a pendant quelques années hébergé un musée en son honneur. À son lac, dans la région de Lanaudière, au nord-ouest de Saint-Michel-des-Saints. À sa baie, la baie du Rocket, à l’extrémité du lac Brochu, dans le réservoir Gouin, près de La Tuque. À sa rue et à sa place, à Vaudreuil-Dorion. À son parc, voisin de l’endroit où il habitait, rue Péloquin, à Montréal. À son restaurant, le 9-4-10, au Centre Bell. À son étoile de bronze sur la promenade des Célébrités, rue Sainte-Catherine, à côté de celle de la chanteuse Céline Dion. À ses trophées : la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal honore périodiquement un sportif en lui remettant le prix Maurice-Richard; Sports-Québec souligne les exploits par ses «Maurice» — il n’est pas nécessaire de dire le nom de famille de ce Maurice-là. À ses statues (quatre, uniquement à Montréal) : devant l’aréna auquel il a donné son nom; au complexe commercial Les Ailes; dans l’Atrium des champions, au Centre de divertissement du Forum Pepsi, l’ex-Forum de Montréal, là où s’est déroulée la carrière du joueur; à côté du Centre Bell. (Lecteur, crois-le ou non : cette énumération est volontairement incomplète.)

Autrement dit : le nom de Maurice Richard n’est-il pas suffisamment déjà présent dans l’espace public québécois ?

Une question, pour terminer : que représente le nom de Maurice Richard ?

On a pu discuter de la pertinence de remplacer, à Montréal, le nom de Dorchester par celui de René Lévesque et de rebaptiser l’aéroport de Dorval en l’honneur de Pierre Elliott Trudeau. Il reste que personne ne peut mettre en doute l’importance de ces deux premiers ministres, le premier à Québec, le second à Ottawa, dans l’histoire de la province et du pays. Maurice Richard était certes un grand joueur, mais cela suffit-il à marquer durablement une société ? Voudrait-on inscrire une fois de plus dans l’espace public, et majestueusement, le souvenir d’un homme dont on ne connaît aucune position sociale significative ? Quel est le sens de l’idolâtrie envers celui qui fut presque muet sur les interrogations essentielles de son temps en matière de politique, de société et de culture ?

Il faudrait encore se poser la question de la violence de Richard du temps où il était joueur, violence attestée par les déclarations de Richard lui-même et par les chiffres (minutes de punition, montant des amendes). De deux choses l’une. Soit Maurice Richard était un joueur violent, et l’on peut se demander s’il faut légitimer, même rétrospectivement, cette violence. Soit Maurice Richard répondait par la violence à la violence exercée à son endroit, et l’on peut se demander pourquoi il faudrait signaler les faits d’armes d’une victime. Le discours commun fait souvent l’économie d’une réflexion sur ce problème; le discours étatique devrait y aller voir d’un peu plus près.

On peut très bien reconnaître l’importance de Maurice Richard au Québec et dans le reste du Canada, et hésiter à pousser la commémoration au point de vouloir mettre son nom à la place de celui de Samuel de Champlain.

P.-S. — Dans la version Web de la Presse, ce sujet est devenu la «Question du jour». C’est dire son importance.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*