Autopromotion 182

Argument, 17, 2, 2015, couverture

Dans le plus récent numéro de la revue Argument (vol. 17, no 2, printemps-été 2015), un dossier est consacré à la langue, sous le titre «Notre avenir sera-t-il franglais ?». L’Oreille tendue y a un texte, qui s’appuie, en partie, sur ceci et sur cela.

Table des matières du dossier

Charbonneau, François, «Présentation», p. 95-96.

Melançon, Benoît, «Leur langue, c’est pas de la marde», p. 97-103.

Moquin-Beaudry, Ludvic, «“So j’suis drunk as fuck cause c’est comme une jungle des fois” : art et franglais, une relation suspecte ?», p. 104-114.

Mather, Patrick-André, «Le franglais, épouvantail des ayatollahs de la langue», p. 115-122.

Delisle, Jean, «L’effet corrosif du joual sur la langue écrite», p. 123-134.

Braën, André, «Le franglais : le Québec toujours assis entre deux chaises ?», p. 135-144.

 

[Complément du 2 octobre 2015]

Louis Cornellier, dans le Devoir, et Maxime Fecteau, à l’émission de radio Catherine et Laurent (110e minute), ont rendu compte de ce dossier.

 

[Complément du 11 novembre 2015]

On retrouvera des éléments de cet article dans le plus récent ouvrage de l’Oreille tendue :

Melançon, Benoît, Le niveau baisse ! (et autres idées reçues sur la langue), Montréal, Del Busso éditeur, 2015, 118 p. Ill.

Benoît Melançon, Le niveau baisse !, 2015, couverture

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*