Langue de crise

Dans une récente biographie, Yves Lever avance que le cinéaste québécois Claude Jutra était pédophile. Les médias ne cessent de débattre la chose depuis cette «révélation».

Le malaise est palpable, jusque dans le style des journalistes de la Presse+.

Yves Boisvert : «Les gens des Jutra ne peuvent pas rester les bras croisés à astiquer la statue de Claude Jutra.»

Commentaire sur Twitter :

Paul Journet : «Si chaque auteur trempe son stylo dans un préservatif, on aseptisera l’art.»

Voilà une image troublante : «tremper son stylo dans un préservatif».

P.-S. — Les débats actuels rappellent un passage du Neveu de Rameau de Diderot.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “Langue de crise”

  1. Quand on connait le deuxième sens du verbe « astiquer », on ne peut s’empêcher de sourire du propos de Boisvert qui parle d’astiquer la statue de Jutra, dans le contexte actuel!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*