Autopromotion 266

[L’ouvrage d’Alex Gagnon est désormais en librairie.]

L’Oreille tendue, à ses heures, est éditrice. Aux Presses de l’Université de Montréal, elle a lancé la collection «Socius» et, avec Florence Noyer, la collection «Profession».

Désormais, question de se tenir occupée, elle éditera également des livres chez Del Busso éditeur.

Le premier titre édité par ses soins est en production. Il s’agit de quinze textes initialement publiés par Alex Gagnon sur le blogue Littéraires après tout, revus et rassemblés sous le titre Nouvelles obscurités. Lectures du contemporain. L’ouvrage paraîtra au début de 2017.

P.-S. — Oui, il s’agit du même Alex Gagnon qu’ici.

 

[Complément du 12 décembre 2016]

En primeur, la couverture de l’ouvrage.

Alex Gagnon, Nouvelles obscurités, 2016, couverture

[Complément du 5 janvier 2017]

Le livre paraîtra au cours des prochains jours.

En attendant, trois choses…

Sa quatrième de couverture

«La fin du monde est annoncée, la liberté d’expression revient à l’ordre du jour et la jeunesse subit la fessée et l’arrogance de ses pères. Pendant ce temps, tout le monde devient un contribuable.»

La lecture du monde contemporain que propose Alex Gagnon est savante et rigoureuse mais sans hermétisme, libre et décontractée mais sans désinvolture. Elle emprunte à la critique littéraire, non pas ses objets habituels, mais sa démarche et son intérêt pour la manipulation des mots. Sa prose entre partout, dans la chambre à coucher d’Henriette Dessaulles comme dans celle de George Orwell. Elle croise des hommes féministes et descend dans la rue pour y entendre des manifestants. Elle visite aussi les urnes de notre système électoral pour se rendre jusqu’à l’Assemblée nationale, où elle se frotte aux discours de Philippe Couillard avant d’être happée par l’imagination romanesque de José Saramago.

Chercheur postdoctoral à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université Paris I, Alex Gagnon est l’auteur du livre La communauté du dehors. Imaginaire social et crimes célèbres au Québec (XIXe-XXe siècle), paru aux Presses de l’Université de Montréal en 2016.

Sa table des matières

Présentation

Première partie
Pathologies politiques de notre temps

1. Fictions et réalités de la politique. La lucidité de José Saramago

2. Quand définir, c’est faire. La politique comme acte de langage

3. La bijouterie ministérielle

4. Du citoyen au contribuable. L’image du dèmos dans le discours politique

5. Sens et non-sens du vote. Pour une sémiologie de l’acte électoral

6. Intermittences et disparitions du politique

7. Politique et imaginaire

Deuxième partie
Paysages du présent

8. Pour une éthique de la discussion. La liberté d’expression selon John Stuart Mill

9. La juvénophobie

10. Les nouveaux épicuriens

11. Nous sommes Santiago Nasar

12. La chambre d’Henriette Dessaulles

13. Alliés droits et alliés gauches. Hommes et féminisme

14. La disparition des «intellectuels»

15. Nous autres, cyniques

Remerciements

L’annonce de son lancement

Invitation au lancement du 25 janvier 2017

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Autopromotion 266”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*