La clinique des phrases (o)

Du cochon et de la tirelire

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Soit la phrase suivante, lue dans la Presse du 14 janvier 2015 :

«On peut, par exemple, se donner le droit de réaliser un voyage si on accumule assez d’argent et qu’on atteint nos objectifs d’épargne.»

Proposons une traduction libre :

On peut, par exemple, se donner le droit de voyager si on accumule assez d’argent et qu’on atteint nos objectifs d’épargne.

Osons aller plus loin :

On peut, par exemple, se donner le droit de voyager si on épargne suffisamment.

À votre service.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*