Posture idéale pour une thèse ?

Geneviève Belleville, Assieds-toi et écris ta thèse !, 2014Pourquoi plusieurs étudiants abandonnent-ils leur thèse ? On avance souvent les mêmes raisons : financement insuffisant, soutien déficient du directeur, difficulté à écrire. L’Oreille tendue accorde beaucoup d’importance à cette troisième explication; pour écrire une thèse, il faut écrire le plus souvent possible et le plus tôt possible.

C’est aussi la position de Geneviève Belleville, professeure de psychologie à l’Université Laval, dans Assieds-toi et écris ta thèse ! (2014).

Que faut-il craindre quand on veut faire avancer l’écriture de sa thèse ? La recherche de l’inspiration (on ne peut pas compter sur elle), la procrastination, le perfectionnisme (une des maladies congénitales de l’Université).

Que faut-il faire alors ? S’obliger à écrire tous les jours (cinq jours sur sept), pour une durée déterminée (qu’on ne dépassera pas). Pour le dire autrement : pour être productif, il faut savoir gérer son temps et être discipliné. Cela suppose trois phases, aux objectifs bien différents : planifier, rédiger (cela comporte la préparation d’un plan détaillé), réviser.

Le ton de l’ouvrage est léger et fortement personnel. Il y a beaucoup d’exemples concrets, souvent venus de la psychologie, et leur valeur démonstrative est réelle. Chaque chapitre se termine sur un tableau (résumé ou questionnaire). On ne trouvera dans le livre aucune grande découverte, mais plusieurs choses méritent d’être citées (et répétées).

«Respect des plages de rédaction : soyez intransigeant et rigide» (p. 12).

«La rédaction d’une thèse n’est pas un sprint, c’est un marathon» (p. 19).

«L’étape de la rédaction consiste à coucher ses idées sur le papier le plus rapidement possible, sans s’évaluer ni réviser. Il s’agit de prendre l’idée pendant qu’elle passe dans la tête et de l’écrire de façon juste assez précise pour être capable de se comprendre soi-même. Pour rédiger, vous devez vous permettre d’écrire de la façon la plus mauvaise qui soit : écrire en français, en anglais ou en franglais, utiliser du jargon, du joual ou du slang, formuler des phrases avec des syntaxes impossibles, copier-coller des parties de texte provenant d’autres documents (les vôtres, bien entendu !), etc.» (p. 47).

«Votre perception de la difficulté associée à la rédaction d’un document augmente en fonction de l’intervalle de temps qui s’est écoulé depuis que vous y avez travaillé la dernière fois» (p. 68).

«Au fil des années, je me suis rendu compte que la lecture d’articles devenait souvent une activité procrastinatoire chez les étudiants» (p. 70).

Une dernière chose mérite d’être soulignée : pour écrire, on peut s’entraider.

«Créez votre propre club de rédaction. Formez un petit groupe et planifiez des rencontres d’une heure, autour d’un café ou d’un dîner, où vous discutez de vos objectifs de rédaction, de leur atteinte ou des obstacles qui vous ont empêché de les rencontrer [sic]. Commencez par un tour de table où chacun fait un retour sur ses objectifs de la dernière fois puis formule des objectifs à atteindre jusqu’à la prochaine réunion du club. Discutez des objectifs afin qu’ils soient réalistes, précis et mesurables. Félicitez-vous à leur atteinte. Soyez un groupe supportant, mais non complaisant» (p. 111-112).

Ce type de rencontre est moins formel que les retraites Thèsez-vous, mais la logique est la même : tous les moyens pour se mettre à écrire sont bons. Cette leçon-là, aucun thésard ne devrait la perdre de vue. Geneviève Belleville a raison d’y insister.

P.S. de pion.—Ce n’est pas le genre de texte où l’on prend des leçons de style. Il y a des anglicismes et tous les tics de l’heure (faire en sorte que mis pour faire que, comme étant mis pour comme, se vouloir employé avec un sujet inanimé).

Référence

Belleville, Geneviève, Assieds-toi et écris ta thèse ! Trucs pratiques et motivationnels pour la rédaction scientifique, Québec, Presses de l’Université Laval, 2014, 125 p. Ill.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Posture idéale pour une thèse ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*