Les littéracies universitaires par l’exemple

Comment évaluer une revue scientifique ?

«Par ma foi !
il y a plus de quarante ans que je dis de la prose
sans que j’en susse rien,
et je vous suis le plus obligé du monde
de m’avoir appris cela.»
Molière, le Bourgeois gentilhomme, acte II, sc. IV

Pas plus tard qu’hier, rendant compte de l’ouvrage Écriture scientifique, écriture sous contraintes ?, l’Oreille tendue signalait l’importance qu’elle accordait aux littéracies universitaires.

Premier rappel, sous forme de citation de Carole Glorieux : «Le champ des littéracies universitaires est un champ en construction qui traite de l’appropriation et de la maîtrise, par les étudiants, des discours universitaires, ce qui sous-tend non seulement l’apprentissage de pratiques lecturo-scripturales mais implique aussi la prise en compte d’un certain type de rapport à l’écrit universitaire» («La question du brouillage des désignations dans les mémoires d’application en journalisme», p. 119-133, p. 119 n. 2).

Second rappel, sous forme d’autocitation : Allons plus loin. Le travail nécessaire sur les littéracies universitaires, qui portent sur l’écrit, ne peut suffire à lever le voile sur ce qu’est le monde de la recherche. Avec les étudiants des cycles supérieurs, il faut aussi traiter des pratiques de sociabilité (le colloque, la soutenance de thèse) et du fonctionnement des institutions universitaires (l’évaluation par les pairs, le monde de la publication savante, la structuration des carrières). Entrer en thèse, c’est se trouver devant tout cela.

Il se trouve que l’Oreille donne depuis plusieurs années un séminaire obligatoire pour tous les nouveaux doctorants du département de lettres françaises où elle enseigne. Pendant longtemps, ce séminaire s’est appelé «Séminaire de méthodologie». Pour des raisons qu’il serait trop long d’exposer ici, il s’appelle maintenant «Séminaire collectif de doctorat». L’Oreille y aborde toujours des questions de méthodologie, mais elle a voulu donner à son enseignement une tournure «professionnalisante». Sans le savoir, elle traitait de littéracies universitaires.

Qu’est-ce à dire ? Voyons quelques sujets abordés dans ce séminaire, dans le désordre et sans exhaustivité. Tous ne sont pas abordés tous les ans et ils sont déterminés par les compétences de l’Oreille (elle ne sait pas coder, par exemple).

Wikipédia : son fonctionnement; son utilisation en thèse; son intérêt pour l’écriture de vulgarisation.

La communication scientifique : en colloque (le respect des consignes, le bon usage des supports visuels, les nouvelles formes de rencontres); dans les médias; devant le grand public.

La rédaction scientifique : outils d’aide (imprimés, en ligne); formations; modes de collaboration (les ateliers de rédaction); styles et formes (la proposition de communication ou d’article, le compte rendu, l’article, etc.).

L’édition savante : remarques historiques; publish or perish; évaluation par les pairs (description, critique, transformation); autorité et légitimité; libre accès; livres, articles, chapitres de livres; blogues et réseaux sociaux; passage de la thèse au livre.

Le numérique : nouveaux corpus; nouveaux modes d’édition; nouveaux types d’écriture; nouvelle conception de la recherche (recherche collective et recherche individuelle).

Carrières universitaires (modes de recrutement; évolution des carrières) et non universitaires.

La première séance s’ouvre sur une discussion libre, inspirée de textes de François Bon, d’Arnaud Maïsetti et de Thibault Le Hégarat, durant laquelle les étudiants et le professeur doivent répondre à une seule question : concrètement, avec quels outils numériques travaillez-vous au quotidien ? (C’est passionnant.)

L’Oreille reste tendue : que traiteriez-vous dans ce genre de séminaire ? Les commentaires sont ouverts.

P.-S.—Oui, en effet, on voit probablement plus souvent littératie que littéracie.

P.-P.-S.—Ce ne sont pas les lectures qui manquent en ce domaine (voir ici).

Référence

Gravet, Catherine (édit.), Écriture scientifique, écriture sous contraintes ?, Mons, Université de Mons, Service de Communication écrite, coll. «Travaux et documents», 5, 2014, 145 p. Ill.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*