La capitalisation, sous ses deux espèces

Il y a, communément, l’«Action de capitaliser» (le Petit Robert, édition numérique de 2010). C’est affaire d’argent à amasser.

Une lectrice québécoparisienne de l’Oreille tendue propose, pour sa part, d’appeler capitalisation l’obsession de la capitale. L’Oreille se range volontiers à cette proposition.

Cette lectrice accompagne sa proposition d’un hyperlien. Icelui fait apparaître l’illustration suivante :

«Paris capitale», 2012

Est-ce à dire que la capitalisation ne serait pas un mal proprement québécois ? Il faudra se pencher sur cette question et voir quelles sont ses conséquences sur l’identité provinciale.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur/autrice : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Une réflexion sur « La capitalisation, sous ses deux espèces »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*