Néologismes touristiques du jour

Portrait de Pablo Escobar, 1977

L’autre jour, à la radio, l’Oreille tendue réfléchissait aux formes contemporaines du tourisme : volontourisme, nécrotourisme (thanatourism, dark tourism), tourisme sans abri (poorism), tourisme de catastrophe (crisis tourism).

Pourquoi arrêter en si bon chemin ? Ajoutons à la liste narcotouristes (narcoturistas); cela se pratiquerait, rapporte The New Yorker, au pays de Pedro Escobar.

C’est peut-être ce qui explique que plusieurs cèdent dorénavant à la touristophobie (et pas seulement à Barcelone).

 

[Complément du 31 août 2022]

Les changements climatiques entraînent, entre autres calamités, la baisse du niveau des eaux un peu partout dans le monde. Ladite baisse rend de nouveau visibles, par exemple, des villages et des bâtiments disparus. Vous voulez les visiter ? Vous pratiquerez le «tourisme de sécheresse»; c’est la Presse+ du jour qui le dit.

 

Illustration : portrait de Pablo Escobar, Police nationale colombienne, 1977, déposé sur Wikimedia Commons

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Laissez un commentaire svp