Accouplements 122

Marcel Rioux, les Québécois, 1974, couverture

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Avancer en arrière ou reculer en avant ? D’un Rioux l’autre.

Rioux, Marcel, les Québécois, Paris, Seuil, coll. «Microcosme. Le temps qui court», 1974, 188 p. Ill.

«En y regardant bien, on se rend vite compte que le Québécois est peut-être moins fait pour la production que pour la communication. C’est d’ailleurs en cela qu’à force d’être retardataire, il devient aujourd’hui d’avant-garde car la société contemporaine commence à valoriser davantage les contacts entre les individus que leur productivité» (p. 61).

Rioux, Christian, «Vu de loin», le Devoir, 5 octobre 2018, p. A3.

«Pourtant, de la Hongrie au Royaume-Uni, en passant par les États-Unis, l’identité est redevenue la grande question de l’heure. Comme si, à force d’avoir été en avance, le Québec se retrouvait aujourd’hui à la traîne.»

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*