Mourir, dans deux langues

L’Oreille tendue est bien prête à le croire : tout le monde, dit-on, va mourir un jour. Elle n’en disconvient pas.

Cela étant, elle a beaucoup de mal à comprendre pourquoi de plus en plus de gens refusent d’employer le verbe mourir. Si tout le monde doit y passer, n’y aurait-il pas moyen de le dire simplement ?

Dès 2009, elle demandait une chose simple : «Laissez-les mourir.» Elle n’a pas été entendue. (Elle s’y attendait.)

Sur Twitter, elle a découvert, hier, que le mal est le même en français et en anglais : dans ces deux langues, l’euphémisme fleurit.

Cela l’attriste, sans l’étonner.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*