Exorcismes

Dans le quotidien montréalais la Presse, il y a quelques jours, ceci : «George W. Bush, sors de ce corps…» (16 janvier 2010, p. A31).

L’Oreille tendue s’interroge. Quelles sont les personnes qu’il faut faire sortir de tel ou tel corps ? Ne s’agit-il que de personnes réelles ? Ce troublant phénomène identitaire — quelqu’un squattant le corps de quelqu’un d’autre — est-il propre au Québec ?

Enquête dans des périodiques parus depuis un an. (Merci à Eureka.cc.)

Première constatation : les personnes à chasser viennent d’un peu partout. Outre Bush junior, il y a eu, dans les douzes derniers mois, Flaubert, J-Lo, Jean Perrault, Ray Manzarek, Normand L’Amour, Stephen King, Arnold Schwarzenegger.

Deuxième constatation : les personnes réelles dominent, mais il peut parfois s’agir de personnages fictifs (Jack Bauer ou l’héroïne éponyme du film Jennifer’s Body), voire d’un comportement. «Démon de l’adultère, sors de ce corps…» peut-on lire dans le Soleil du 17 octobre 2009.

Troisième constatation : le phénomène paraît surtout québécois, mais pas uniquement. La presse française et belge a aussi ses menaces internes, réelles et fictives : Warren Beatty (Marianne), Katharine Hepburn (Libération), François Pignon (le Soir).

Quatrième et dernière constatation : le tutoiement est de rigueur. Il n’y aucune occurrence de Sortez de ce corps.

Nos démons nous sont familiers.

 

[Complément du 16 août 2016]

«Sors de mon corps, Éric Neuhoff.» Cette phrase de Patricia Martin, dans la livraison du 14 août 2016 de l’émission le Masque et la plume de France Inter, pourrait porter à confusion.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “Exorcismes”

  1. Vu la teneur de vos articles, il semble possible de vivre pécuniairement confortable de la constatation et de l’identification des caractéristiques sociales et historiques de l’usage d’une langue.

    Et dire que certains s’inscrivent dans l’armée et tranchent du pain! L’humanité est formidablement divertissante, après tout. Je crois bien y participer encore un moment.

  2. Ne vous méprenez pas, je vous admire, j’entends prendre bonheur à la vie comme vous, par le jeu de l’écriture; je n’ai ni le physique pour la guerre, ni la patience pour répéter la même action continuellement dans un quelconque commerce.
    Nous appartenons à la même caste en somme, M. Melançon! Continuez d’écrire pour me donner ces sujets de dispute, ma matière première pour obtenir mes moyens de subsistance.

    Un dépravé lucide

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*