Science molle

Titre dans le cahier des sports de la Presse du 7 avril 2010 : «Burnett, Posada et la chimie» (p. 4). (C’est du baseball.)

Déclaration dans le même cahier le lendemain : «On a atteint très rapidement une chimie entre les entraîneurs et les dirigeants, que ce soit Bob Gainey, Julien Brisebois ou Pierre Gauthier» (p. 2). (C’est du hockey.)

Baseball et chimie ? Hockey et chimie ? Ne nous emballons pas : les sportifs ne paraissent pas avoir d’inclination particulière pour les sciences dures. Ils font plutôt dans l’autojustification basique : avec untel, ça clique; avec untel, pas.

Il ne s’agit pas tout à fait de science exacte. Les résultats des matchs le rappellent tous les jours : rien n’est plus difficile à «atteindre» qu’«une chimie».

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*