Is(c)h

L’Encyclopédie de la Francophonie publie un texte de Marc Chevrier intitulé «La fatigue linguistique de la France». Inquiet, l’auteur s’interroge sur la «langueur» de la langue française dans le monde, sur l’«anglomanie» hexagonale, sur l’«anglo-massification» de l’Europe. Il évoque l’«euroglish triomphant», le «globisch» et le «globalesisch» aussi bien que le «denglisch», ce mélange d’anglais et d’allemand.

Le jour où l’Oreille tendue découvre cet article numérique, le Devoir publie un reportage de Guy Taillefer sur les relations de l’anglais et de l’hindi en Inde, et notamment sur cet hybride qu’est l’«hinglish» (3 mai 2010, p. B31-B2).

La veille, c’était le New York Times qui s’intéressait au «chinglish». Certains — à Shanghai ou à Pékin — mènent un combat «for linguistic standardization and sobriety» : ce sont des «Chinglish slayers» qui s’en prennent aux «Chinglishisms», ces traductions maladroites (et souvent aussi approximatives qu’hilarantes) du chinois vers l’anglais. D’autres, en revanche, sont plus pacifiques et souhaitent que la liberté linguistique — même inconsciente — continue à avoir droit de cité; la normalisation n’est pas pour eux.

Marc Chevrier en a sans aucun doute contre l’appauvrissement du multilinguisme, mais il ne me semble pas qu’il irait jusqu’à promouvoir la création d’une «Commission for the Management of Language Use» comme il en existe une dans la ville qui accueille depuis quelques jours l’exposition universelle.

La police (de la langue) n’a pas toujours bonne presse.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

3 thoughts on “Is(c)h”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*