Cachez ce pronom relatif que je ne saurais voir

Un ex-collègue de l’Oreille tendue, grammairien de son état, lui disait un jour que le pronom relatif était une des choses les plus difficiles à expliquer en classe.

Confirmation publicitaire en p. A10 du Devoir du 3 juin.

Ce «La raison que notre pub est en couleur !» l’aurait sûrement conforté dans sa position.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

3 thoughts on “Cachez ce pronom relatif que je ne saurais voir”

  1. Je n’aurai qu’un mot: latin.
    Vrai que c’est difficile à expliquer, nous nous y sommes frottés dernièrement dans une « leçon informelle au souper » avec notre mini-grammairienne.
    Me suis souvenu que ce n’est qu’en apprenant le latin que j’ai pu avec aisance me dépatouiller dans les « dont à laquelle ».
    Mais je crains que la maîtrise de cette grammaire ne soit pas un apprentissage sur lequel le renouveau pédagogique se penche. (il fallait bien en mettre un vrai beau quelque part!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*