Douzième article d’un dictionnaire personnel de rhétorique

Aphérèse

Définition

«On retranche une syllabe ou une lettre au commencement d’un mot» (Gradus, éd. de 1980, p. 60).

Exemples

«Cancans. Angèle se marie le 8 juillet et sa sœur la remplace ici. Un de mes amis, le baron Taylor qui était aveugle, vient de mourir. Le fils d’Auguste Vallin se marie le 19 juin, je suis de noce, ’turellement» (lettre d’Emmanuel Chabrier à son fils Marcel, 13 juin 1889, citée par Philippe Didion dans les Notules dominicales de culture domestique [et de villégiature exotique], 24 octobre 2010).

Fort populaire, la formule introductive québécoise Regarde s’entend souvent ’Garde.

On peut se demander si l’étrange féminisation du mot bus dans certaines régions du Québec n’est pas le fruit d’une aphérèse (une autobus => une bus).

P.-S. — Les lecteurs attentifs de l’Oreille tendue auront noté que l’aphérèse est une apocope prise par l’autre bout.

Référence

Dupriez, Bernard, Gradus. Les procédés littéraires (Dictionnaire), Paris, Union générale d’éditions, coll. «10/18», 1370, 1980, 541 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*