Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué

Soit les deux phrases suivantes, tirées du roman policier le Sauveur de Jo Nesbø.

«Elle avait ce visage bouffi et gonflé que provoquent de nombreuses années de boisson et d’usage de stupéfiants, était en surcharge pondérale et portait un T-shirt blanc crasseux sous son peignoir» (p. 36).

«Et comme il accusait une nette surcharge pondérale, qu’il souffrait de transpiration chronique et d’un naturel grincheux, c’était un souhait qu’il voyait le plus souvent exaucé» (p. 544).

«Surcharge pondérale» ? Peut mieux faire.

Référence

Nesbø, Jo, le Sauveur. Une enquête de l’inspecteur Harry Hole, traduction d’Alex Fouillet, Paris, Gallimard, coll. «Folio policier», 552, 2012 (2005), 669 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

7 thoughts on “Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué”

  1. 312 000 occurrences ds Google, expression mise entre  »  »
    http://www.google.fr/search?q=%22surcgarge+pond%C3%A9rale%22&oq=%22surcgarge+pond%C3%A9rale%22&sourceid=chrome&ie=UTF-8#hl=fr&tbo=d&spell=1&q=%22surcharge+pond%C3%A9rale%22&sa=X&ei=HlQFUcC9Hcix0QXQxoDQCw&ved=0CC8QBSgA&bav=on.2,or.r_gc.r_pw.r_qf.&bvm=bv.41524429,d.d2k&fp=a9161ed457d32e56&biw=1492&bih=1103

    ici en Fr c’est le vocabulaire « propre » des marchands de soupe à maigrir, de ceux qui se veulent savant dans les études et les rapports, puisque comme chacun sait l’obésité ça ne touche que les pauvres en Amérique et surtout pas la France

    on a tellement l’habitude de cette expression qu’elle est parfaitement à sa place ici, dans son rôle de critique sociétale

    c’est pas l’Oreille Tendue qu’est en défaut, c’est juste qu’il faut remonter jusqu’au pb de langage et société, et le tabou mis sur « obésité »

    voir sur publie « Les corpulents » de Régine Detambel

    1. Surcharge pondérale sévit aussi au Québec. Cela dit, l’Oreille tendue attend d’un écrivain (ou d’un traducteur) qu’il marque ses distances avec cette forme de novlangue. Ça ne lui paraît pas être le cas ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*