Le zeugme (corrompu) du dimanche matin et de Jean-Paul Sartre

Portrait de Jean-Paul Sartre

«C’est un fait général, en effet, que, lorsque nous sommes dans l’impossibilité de répondre aux exigences du monde par une action, celui-ci, du coup, perd sa réalité : Gide, en gondole, la nuit, au milieu de la lagune, menacé par des gondoliers qui méditaient de prendre sa bourse et peut-être sa vie, tomba, sans perdre son sang-froid, dans un sentiment de perplexité amusée : rien n’était réel, tout le monde jouait.»

P.-S. — Pourquoi «corrompu» ? À cause de «du coup», dixit Flora Amann, qui transmet ce zeugme à l’Oreille tendue (merci). En effet.

P.-P.-S. — Mercredi soir dernier, le fils cadet de l’Oreille a utilisé «du coup». Elle pense à le déshériter.

Jean-Paul Sartre, l’Idiot de la famille. Gustave Flaubert de 1821 à 1857, Paris, Gallimard, coll. «Bibliothèque de philosophie», 1988 [1971], nouvelle édition revue et complétée, 1106 p., vol. I, p. 666.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Le zeugme (corrompu) du dimanche matin et de Jean-Paul Sartre”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*