Bref hommage à Mordecai Richler

Couverture de Home Sweet Home. My Canadian Album (1984)

Le maire de Montréal, Denis Coderre, devrait rendre hommage à l’écrivain anglo-montréalais Mordecai Richler aujourd’hui. (Il était temps que Montréal le fasse correctement.)

L’Oreille tendue est une fan de Richler.

Dans les Cahiers Voltaire (numéro 6, 2007, p. 243-244), elle a consacré un court texte à son roman Barney’s Version et aux Lumières. On peut le lire, en pdf, .

Ici même, elle a parlé de l’écrivain en quelques occasions, à propos de sa passion pour le hockey, car il a écrit, notamment, sur Maurice Richard, Gordie Howe, Jean Béliveau, Gump Worsley et Guy Lafleur.

Par où commencer la lecture de Richler ? L’Oreille confesse un faible pour Barney’s Version (1997), Solomon Gursky Was Here (1989) et Joshua Then and Now (1980).

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*