Merci, madame la professeure

S’il faut en croire ceci, Tania Longpré est présidente par intérim de l’Association québécoise des professeurs de français. Blogueuse au Journal de Montréal, elle y publiait le 11 décembre un texte intitulé «Syriens : deux poids, deux mesures».

Le pion qui sommeille (peu) en l’Oreille tendue a pleuré en lisant ce texte.

Quand elle parle de «réfugiés Syriens» (trois fois) et d’«enfants Syriens», Tania Longpré devrait écrire «réfugiés syriens» et «enfants syriens», puisque «syriens», dans ces cas, est un adjectif. (Le problème est le même avec «les immigrants Iraniens».)

Quand elle écrit «le Québec se prépare à les recevoir à grands coûts et d’annonce de mesures particulières», on se pose des questions sur sa syntaxe : à quoi le «et d’annonce de mesures particulières» est-il rattaché ?

Quand elle souligne, chez les Québécois, «leurs élan de générosité», il lui manque une s, ou il y en a une de trop. (Plus loin, il y a «leur diplômes» et «à tout ceux».) Dans «interpellés», en revanche, il y a clairement une l de trop.

Quand elle affirme que les Québécois «donnent un peu partout des vêtements et autres dons», elle est un brin pléonastique («donnent […] des dons»).

Quand elle s’inquiète des «enfants immigrants» qui «débutent leur parcours scolaire au Québec», elle paraît ne pas savoir que «débuter» est un verbe intransitif; elle le confond avec «commencer».

Quand, dans la même phrase, elle ignore les règles de la ponctuation, cela rend sa prose difficile à suivre. Au lieu de :

Les classes d’accueil sont des classes spécialisées où les enfants immigrants [commencent] leur parcours scolaire au Québec, les enseignants spécialisés en accueil des migrants, apprendront les rudiments de la langue française aux enfants et les initieront au système scolaire québécois

il aurait fallu, par exemple :

Les classes d’accueil sont des classes spécialisées où les enfants immigrants [commencent] leur parcours scolaire au Québec; les enseignants spécialisés en accueil des migrants apprendront les rudiments de la langue française aux enfants et les initieront au système scolaire québécois.

(Ce n’est pas la seule fois où Tania Longpré malmène la ponctuation. Voir le «paragraphe» qui commence par «Cependant».)

Quand l’auteure hésite entre «quelques heures par semaines» et «quelques heures par semaine», en deux lignes, elle devrait choisir la seconde forme (sans s à «semaines»).

Quand elle s’écrie «Tant mieux si l’arrivée des Syriens fait changer les choses, et mette enfin les projecteurs sur les services d’intégration des migrants», elle a tout faux en matière de concordance des temps (ce devrait être «met»).

Quand elle souhaite «que l’enfant apprennent», on se dit que ce ne serait pas plus mal pour l’enseignant(e) aussi.

Tout ça en 758 mots. Édifiant.

(Merci, en quelque sorte, à @lecorrecteur101 d’avoir signalé cet article à l’attention de l’Oreille tendue.)

 

[Complément]

Dans les heures qui ont suivi la mise en ligne de cette entrée de blogue, le texte de Tania Longpré a été corrigé (sauf pour «interpellés») et l’Oreille a reçu cette sibylline réponse (?) :

Tweet de Tania Longpré, 13 décembre 2015

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*