Changer de vocabulaire à Québec

Dans la Presse+ du jour, ceci, sous la signature de Tommy Chouinard : «Comparer un adversaire à Gérald Tremblay ou encore le traiter de Capitaine Bonhomme est désormais interdit à l’Assemblée nationale. Onze mots ou expressions ont été mis à l’index au cours de la dernière session. Résultat : il y a maintenant 350 entrées dans le fameux lexique des “propos non parlementaires”.»

Comme l’Oreille tendue a déjà écrit un article sur ces «propos non parlementaires» — c’était en 2014 —, elle est sensible à l’extension de leur liste.

Parmi les nouveautés ? «Ponce Pilate», «Odeur de corruption», «Syndrome Gérald Tremblay», «Roi du sophisme», «Capitaine Bonhomme», «Faux documents», «Méconnaissance crasse».

Référence

Melançon, Benoît, «Vie et mort de l’éloquence parlementaire québécoise», Mœbius, 142, 2014, p. 75-78. Prépublication dans le Devoir, 23 septembre 2014, p. A7, sous le titre «Que dire et ne pas dire à l’Assemblée nationale». URL : <http://www.ledevoir.com/politique/quebec/419148/des-idees-en-revues-de-l-eloquence-parlementaire-que-dire-et-ne-pas-dire-a-l-assemblee-nationale>.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *