Portrait anguleux du jour

Catherine Lalonde, la Dévoration des fées, 2017, couverture«La p’tite a plus de dix doigts d’âge. Pas d’tête, se dit Grand-maman, mais le diable aux jambes et les monstres à queue aux trousses. Perdue de force entre la lune et ses arbres — on est pas en ville, chialez pas qu’y a rien à faire à Sainte-Amère — la p’tite brille de grandir, vif-argent, fuyante comme l’eau entre les paumes, toute filée toute en longueur, faite de seulement quelques gouttes — cinq, six — bonnes à saper. Étiolée, poussée en fouet : une maigreur batracienne, des bras et jambes d’éphémère. Elle se déhanche obligée, rotules et coudes saillants, en constante maladresse et labyrinthite. Trop de rotules, trop de coudes. Et pourtant même toute d’os ça commence à bouger en femme, par quelle magie, quels sortilèges ?»

Catherine Lalonde, la Dévoration des fées, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 112, 2017, 136 p., p. 72.

P.-S.—En savoir plus sur ce livre ? Cliquez ici.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*