L’oreille tendue de… Marie-Ernest Gellé

«Les mouvements accomplis dans ce travail particulier de recherche de la sensation acoustique la plus intense, sont des rotations de la tête, des inclinaisons de la tête et du corps, des immobilisations calculées pouvant aller jusqu’à l’arrêt de la respiration et jusqu’au ralentissement des battements du cœur. La figure, et l’ensemble des gestes de l’individu qui écoute sont caractéristiques, et bien connus des poëtes, des peintres et des sculpteurs. Il existe donc, au moment de la recherche de la direction du son, une succession de mouvements synergiques, harmoniques de tout le corps; et il est vrai de dire que l’homme qui écoute attentivement, retient son souffle, l’oreille tendue, la bouche béante.»

Marie-Ernest Gellé, De l’oreille. Anatomie normale et comparée, embryologie, développement, physiologie, pathologie, hygiène. Pathogénie et traitement de la surdité, Paris, A. Delahaye et Lecrosnier, 1880, 2 vol., vol. 1, 230 p., p. 36.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*