Cultiver l’inquiétude linguistique ?

Louise Harel préside le Comité de la Fête nationale de la Saint-Jean. Le 22 juin, elle était l’invitée d’Annie Desrochers à l’émission le 15-18 de la radio de Radio-Canada. Interrogée sur la situation du français à Montréal («Êtes-vous inquiète de la santé et de la pérennité de cette langue commune, néanmoins, dans une ville où on entend encore des “Bonjour-Hi” ?»), elle a eu cette réponse (6e minute) :

Je pense qu’il faut avoir une vigilance de tous les instants et certainement cultiver l’inquiétude. Il faut vraiment cultiver cette inquiétude parce que les conditions qui sont les nôtres, en fait, voisins de l’Amérique dans une mondialisation des médias et des communications et de la culture également, eh bien, ces conditions-là nous obligent, non pas à nous replier sur nous-mêmes, mais au contraire à soutenir toutes les occasions de justement… de témoigner de notre culture, de le faire en français, alors je pense que c’est une inquiétude positive.

Il avait été question plus tôt dans l’entretien du rapport des nouvelles générations à la langue française au Québec. L’Oreille tendue n’est pas du tout convaincue que «cultiver l’inquiétude», fût-elle «positive», soit la meilleure façon de les convaincre de parler et de défendre cette langue.

P.-S.—L’Oreille a déjà abordé cette question ici.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*