Chanter Jacques Plante

Jacques Plante (1929-1986) a été gardien de but dans la Ligue nationale de hockey, notamment pour les Canadiens de Montréal. Il n’a pas inventé le masque pour les gardiens, mais il est celui qui a fait le plus pour le rendre obligatoire. (Pour un portrait de Plante en lecteur, vous pouvez aller de ce côté.)

On l’a assez peu chanté en français. En 1954, La famille Soucy, dans «Le club de hockey Canadien», loue le «grand Plante» : «Pour un gardien d’but c’en est un.» Six ans plus tard, Oswald («Les sports») lui recommande le calme : «Fais pas le fou Ti-Jacques Plante.» André Brazeau («Ti-Guy», 2002), Mes Aïeux («Le fantôme du Forum», 2008) et Loco Locass («Le but», 2009) jettent son nom au milieu d’une théorie de grands joueurs du passé.

Ogden Ridjanovic — à la scène : Robert Nelson — vient de lancer Nul n’est roé en son royaume, album contenant la pièce «Jacques Plante». 

Il y a des jours où l’Oreille tendue pense avoir l’oreille. Aujourd’hui n’en est pas un. (Paroles ici.)

P.-S.—L’ancien entraîneur des Canadiens Jacques Demers a droit à sa chanson sur le même album. (Paroles .)

P.-P.-S.—Le groupe Rheostatics, dans «The Ballad of Wendel Clark», un an après la mort du cerbère, rapporte une entrevue de Clark avec Ken Hodge : «He said that he was confident and keen / He said that Jacques Plante didn’t die / So all of us could glide / He said that hard work is the ethic of the free.» Leçon morale : le travail («hard work») libère («free»).

P.-P.-P.-S.—L’Oreille a déjà publié un article savant sur la place des Canadiens de Montréal dans la chanson québécoise francophone : Melançon, Benoît, «Chanter les Canadiens de Montréal», dans Jean-François Diana (édit.), Spectacles sportifs, dispositifs d’écriture, Nancy, Questions de communication, série «Actes», 19, 2013, p. 81-92.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*