La clinique des phrases (kk)

Polyclinique de l’Oreille, publicité, Laval, Québec, juin 2019

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Soit les phrases suivantes :

«[…] il a changé d’école et a quitté Dubnica pour Trencin, où le niveau de hockey y était supérieur.»

«C’est aussi une ville où le sport y est fortement enraciné.»

«Soixante ans de journalisme littéraire de Maurice Nadeau, un recueil d’articles dans lequel le fondateur de feu La Quinzaine Littéraire y déploie un art de la lecture qui est aussi un modèle de critique littéraire.»

«Il s’agit bien de mener un combat, là où précisément le terrain y est à la fois et le moins favorable et le plus efficace […].»

Dans les quatre cas, le pronom adverbial y est inutile. Enlevons-le.

Appuyons-nous pour cela sur le toujours éclairant Michel Francard, dans une de ses chroniques du Soir (Bruxelles) :

Les pléonasmes grammaticaux sont des cas de redondance syntaxique, récusés par les grammairiens. Tel l’emploi de et de y dans une même subordonnée : dans une maison où il y a placé ses économies; ou celui de dont et en, avec le même antécédent : une expérience dont il en tirera bénéfice.

À votre service.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*