La clinique des phrases (rrr)

La clinique des phrases, logo, 2020, Charles Malo Melançon

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Soit la phrase suivante :

Enfin, la conjoncture dépressive de l’époque ne prédisposait pas aux ruptures audacieuses, comme le disait Garneau.

Qui est ce «Garneau» dont le texte d’où est tiré cet extrait ne parle pas du tout ? Le coureur cycliste et homme d’affaires Louis Garneau ? Le commentateur sportif Richard Garneau ? Le poète Hector de Saint-Denys Garneau ?

Pour qui connaît l’auteur du texte, il y a de fortes chances qu’il s’agisse de l’historien François-Xavier Garneau. D’où, selon toute vraisemblance :

Enfin, la conjoncture dépressive de l’époque ne prédisposait pas aux ruptures audacieuses, comme le disait François-Xavier Garneau.

Voire :

Enfin, la conjoncture dépressive de l’époque ne prédisposait pas aux ruptures audacieuses, comme le disait l’historien François-Xavier Garneau.

Voire encore :

Enfin, la conjoncture dépressive de l’époque ne prédisposait pas aux ruptures audacieuses, comme le disait, au XIXe siècle, l’historien François-Xavier Garneau.

À votre service.

P.-S.—Ce travers — présupposer que tous vos lecteurs savent par avance de quoi vous parlez — est constant chez les collègues de l’Oreille tendue.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*